Y ont été présentées l’habilitation à diriger des recherches [2] et la thèse soutenues récemment par deux membres de l’équipe : Hélène Join-Lambert, maîtresse de conférence en sciences de l’éducation, et Amélie Turlais, docteure en sciences de l’éducation, ainsi que la recherche sur l’accès à la santé des enfants pris en charge au titre de la protection de l’enfance [3]réalisée par Séverine Euillet maître de conférence, Juliette Halifax, démographe, Pierre Moisset, sociologue, et Nadège Séverac, sociologue, (recherche soutenue par le Défenseur des droits et le fonds de financement de la protection complémentaire de la couverture universelle du risque maladie). Une communication de Bernadette Tillard, professeure de sociologie, sur les atouts et limites de l’articulation des sphères éducatives et sanitaires autour de l’enfant, a montré comment, du point de vue des parents, les proximités entre ces sphères, inscrites de longue date, présentent des retombées positives tout en éveillant également leur méfiance.

En ouverture du champ de réflexion de la journée, Line Numa-Bocage, professeure de sciences de l’éducation, a exposé une recherche sur la place du patient dans un protocole hospitalier d’éducation thérapeutique de jeunes patients. Le regard de professionnels impliqués auprès des enfants et de leurs parents a été plus particulièrement abordé sous forme d’une table ronde avec des représentants de la Protection Judiciaire de la Jeunesse, de la protection de l’enfance et du milieu associatif.